Accueil > Revendications > Pour une reprise progressive sécurisée des élèves et des personnels Ou comment (...)

Pour une reprise progressive sécurisée des élèves et des personnels Ou comment concilier sécurité sanitaire et cohésion sociale à l’école ?

mercredi 6 mai 2020, par Cege

Communiqué snasen

Alors que la France se prépare à affronter dans la durée la crise sanitaire actuelle, beaucoup s’inquiètent à juste titre de ses conséquences sociales.
Les travailleurs sociaux mobilisés au quotidien auprès des populations les plus vulnérables, parfois au péril de leur santé, en sont les premiers témoins. Tiraillés entre leur volonté d’assurer leur propre protection ainsi que celle de leur famille, ils ont poursuivi l’accompagnement social en adaptant au mieux leurs pratiques avec « les moyens du bord » et ce en dépit des injonctions contradictoires à l’origine de tensions éthiques et émotionnelles.
Il y a urgence en cette période de crise à garantir les droits collectifs et individuels et promouvoir l’importance des relations humaines pour préserver notre cohésion sociale

Les personnels sociaux exerçant au sein de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur se sont ainsi mobilisés depuis le 17 mars pour assurer la continuité de leurs missions de prévention sociale auprès des élèves, des personnels et étudiants.
Ils restent particulièrement inquiets du risque d’aggravation des situations des personnes les plus vulnérables, isolées, victimes de violences intra familiales, en grande précarité, en situation de fracture numérique, en risque de décrochage scolaire, creusant davantage les inégalités scolaires et sociales, impactant à plus ou moins long terme leur avenir.

Violences intrafamiliales, malnutrition, décrochage scolaire, difficultés d’accès internet motivent les choix politiques annoncés quant à la réouverture des écoles, collèges et lycées le 11 mai que le ministre place « sous le signe du social »
Le SNASEN UNSA interroge pourtant aujourd’hui la motivation politique à envisager une reprise uniquement pour les enfants les plus jeunes (au risque de mettre en péril leur sécurité sanitaire, celles de leurs familles et de leurs enseignants), en excluant tous les autres élèves vulnérables socialement.
Le cadre réglementaire des missions prévoit l’intervention sociale exclusivement en conseil technique auprès des directeurs d’école et IEN en REP +
Dans l’état actuel des moyens et des priorités du service social des élèves, le renfort auprès des écoles primaires ne peut s’envisager que dans ce cas-là.

Acter une priorité d’accueil aux élèves décrocheurs ou en risque de décrochage est louable mais ne doit pas être vécu comme discriminant. Le volontariat doit être respecté pour tous les parents qui s’interrogent des conditions sanitaires d’accueil de leur enfant en établissement scolaire.
L’enjeu consiste, bien au-delà de la crise sanitaire, à restaurer la confiance de l’ensemble des élèves et des familles envers une école juste, bienveillante et inclusive pour tous.

Les personnels sociaux, dont la mobilisation a été félicitée et l’utilité reconnue par le ministre, veulent poursuivre réellement la continuité sociale pour tous les élèves en l’adaptant à l’évolution du contexte sanitaire dans l’intérêt des publics accompagnés.
Pour cela le SNASEN UNSA revendique pour les personnels sociaux à partir du 11 mai :
-  La poursuite de l’activité en priorité en télé travail
L’exercice des missions sociales exigent, en temps normal, une présence du quotidien au plus près des publics accompagnés. A circonstances exceptionnelles, réponse exceptionnelle ! Les services sociaux ont organisé « au pied levé » le télétravail, effectif pour tous depuis le 17 mars.
Le travail à distance a fait ses preuves depuis deux mois dans le cadre de la continuité pédagogique et peut se poursuivre au moins en partie tant que les élèves ne seront pas tous réaccueillis dans leur établissement scolaire.
Pour préserver ce lien de proximité, il est utile d’avoir accès à distance à des outils professionnels adaptés et pouvoir le faire savoir aux publics isolés et sans ressources.
-  L’accès régulier aux établissements scolaires/ lieux de permanence pour échanger avec les équipes et recevoir les publics individuellement quand cela s’avère possible et nécessaire
Pour cela le SNASEN UNSA exige le respect du protocole sanitaire pour tous les personnels sociaux qui seraient amenés à se déplacer à savoir
o Un bureau autorisant la distanciation physique, aéré et régulièrement nettoyé.
o La fourniture de masques, gel hydroalcoolique et lingettes
-  La limitation des déplacements professionnels
Le snasen unsa demande que les déplacements professionnels des personnels sociaux (personnels itinérants) restent exceptionnels tant que la situation épidémiologique persiste :
- privilégier l’accès à un bureau dans un seul lieu de permanence pour les personnels sociaux qui exercent sur un secteur de plusieurs établissements
-renoncer aux visites à domicile.

Les inégalités sociales et scolaires préexistaient à la crise sanitaire qui ne fait que les exacerber. Elles ne se régleront pas par le retour des élèves dans les établissements scolaires et nécessiteront une vigilance sociale particulière à moyen et long terme.
C’est pourquoi le snasen unsa rappelle au gouvernement la nécessité d’assurer les moyens d’un accompagnement social de tous les élèves de la maternelle à l’université et d’améliorer les conditions de travail et de reconnaissance financière des personnels sociaux.

Circulaire relative à la réouverture des écoles et établissementsici
Guide relatif à la réouverture EPLE second degréici