Accueil > Revendications > Le SNASEN UNSA écrit à la défenseure des enfants !

Le SNASEN UNSA écrit à la défenseure des enfants !

lundi 4 décembre 2017, par Tiphaine Jouniaux

Extrait du courrier:

Le Syndicat National des Assistants Sociaux de l’Education Nationale (SNASEN Unsa) est attentif aux différentes préconisations issues du rapport annuel du défenseur des droits de l’enfant. L’année dernière, alertée par l’une de vos mesures, nous avions sollicité une audience afin de pouvoir échanger nos avis et constats entre autres autour de la contribution du service social en faveur des élèves à la protection de l’enfance.
Cette année encore, le SNASEN partage un certain nombre de préconisations issues du comité de suivi de la mise en œuvre de la CIDE en France. Trois d’entre elles attirent particulièrement notre intérêt : 
- L’attention aux violences institutionnelles trop souvent négligées. La contribution du service social dans la lutte contre le harcèlement et les discriminations à l’école est un des leviers pour faire évoluer les pratiques au sein de l’institution scolaire entre autre dans la prévention de la discrimination pour précarité sociale.  

- L’accès à l’éducation et à la santé des enfants sans domicile fixe et des mineurs non accompagnés. Le service social des élèves se mobilise, parfois avec le seul soutien du milieu associatif, pour faire accéder ses enfants au droit commun dans un contexte politique et économique  défavorable.

- La nécessaire mobilisation contre les violences familiales. Le service social des élèves le confirme, les enfants en sont les premières  victimes directes ou indirectes.

Nous insistons de nouveau pour témoigner de la contribution du service social élèves y compris dans la mise en œuvre du droit à la santé, en participant activement à la lutte contre les inégalités sociales et de santé entre autre pour tous les enfants, migrants, rroms mais aussi ultra marins en Guyane et à Mayotte. Cela passe aussi par l’accompagnement à l’accès aux droits de leurs  parents et/ou la mise en œuvre  d’actions de  soutien à la parentalité. 
La participation à l'éducation à la santé et à la citoyenneté est l’une des missions du service social réaffirmée par la circulaire rénovée des missions parue le 22 mars 2017 *.
Le SNASEN Unsa regrette que votre rapport « occulte » l’activité du service** qui appréhende les thématiques de santé dans une approche globale. Nous partageons le constat que l’entrée sanitaire de l’éducation à la sexualité prévaut trop largement à l’Education Nationale.  Le service social inscrit son intervention de prévention individuelle et collective au cœur des questions d’identité, d’orientations et discriminations sexuelles, de stéréotypes de sexe et de violences faites aux femmes.
Redonner la place aux acteurs, c’est aussi reconnaitre le travail qui est actuellement réalisé. Comme vous le savez, les effectifs d’assistant de service social ne permettent pas d’être présents quotidiennement dans tous les établissements scolaires. Mais il est regrettable que ce motif desserve la visibilité de l’action de nos collègues dans les établissements où ils interviennent.
Si recourir aux partenaires externes à l’éducation nationale est aussi une richesse, nous tenons à rappeler que l’institution peut et doit s’appuyer sur les compétences internes de ses personnels  qualifiés et engagés dans la durée et au quotidien sur le lieu de vie des élèves qu’est l’école.
 

*« L'assistant de service social participe à l'élaboration et à la mise en œuvre des actions collectives de prévention définies dans le cadre du projet d'établissement. Il participe, selon le cas, à des actions de groupe, à partir de problématiques communes aux élèves, ou aux actions d'éducation à la santé et à la citoyenneté programmées dans le cadre du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (Cesc). Les actions de prévention collective développées dans le cadre du service départemental seront privilégiées et l'intervention en équipe de service social au sein d'un établissement public local d'enseignement (EPLE) sera facilitée. Le concours du service social prend la forme d'actions de sensibilisation, de prévention et d'éducation. Il vise plus particulièrement la prise en compte de la dimension sociale de la santé et l'éducation à la citoyenneté en s'assurant de la participation active des intéressés. Il privilégie le développement d'initiatives citoyennes et de solidarités entre élèves, de lutte contre les exclusions. Un accent est porté sur l'accueil des parents, le soutien à la parentalité et sur les actions renforçant la coopération entre l'école et les parents dans le cadre de la coéducation. La connaissance des ressources du territoire facilite la sollicitation des partenaires, qu'il s'agisse des services publics comme du tissu associatif. »

** Page 104 « Le personnel de l’Education nationale, qu’il s’agisse du corps enseignant, des infirmières scolaires (dont le rôle en termes d’accompagnement individuel des élèves est majeur) ou encore des chefs d’établissements, des conseillers principaux d’éducation ou des surveillants, ont un rôle majeur en matière d’éducation à la sexualité en milieu scolaire, à laquelle ils participent en application de la loi et de la circulaire encadrant l’éducation à la sexualité en milieu scolaire. »