Accueil > Métier > Réfondation du travail social > Communiqué de presse du snasen:Il est urgent de redonner du sens au travail (...)

Communiqué de presse du snasen:Il est urgent de redonner du sens au travail social !

lundi 20 juin 2016, par Tiphaine Jouniaux

Il est urgent de redonner du sens au travail social

Voilà ce que les travailleurs sociaux attendent d'une politique nationale
Qui promeut la cohésion sociale  comme enjeu de citoyenneté et de solidarité.

Les personnels sociaux sont les premiers témoins de l'accroissement des inégalités au sein de notre société en crise et de ses conséquences en matière de climat social. Acteurs essentiels de proximité, ces professionnels sont engagés au quotidien dans l'accompagnement social, fiers d'exercer leurs missions malgré la crise que traverse leur profession. Entre la montée de la précarité sociale, la baisse des dotations budgétaires, la complexité des politiques sociales et leur cloisonnement, la discrimination envers les publics "assistés" (enfin reconnue  réglementairement  ce 14 juin) et les stéréotypes du travail social et de ce qui l'exerce, le malaise est profond. Les professionnels du champ social  font l'objet de pressions diverses, d'injonctions contradictoires mettant en péril leur déontologie professionnelle. Ils  cherchent à garder le sens de leur métier quand les moyens sont de plus en plus en inadéquation avec leurs missions.

La  refondation du travail social  initiée par le gouvernement il y a 3 ans visait un objectif ambitieux autour du travail social,  inédit depuis la circulaire de Nicole QUESTIAUX il y a 30 ans. Convaincu de l’intérêt de la démarche engagée,  le SNASEN UNSA  s’est engagé avec son union UNSA dans la réflexion sur les leviers pour revaloriser le travail social. 

Si, pour le SNASEN UNSA, le plan d'action en faveur du travail social  et du développement social publié fin octobre 2015 va dans le bon sens en inscrivant par  exemple, le droit au service social pour tous, la promotion du développement social, la formalisation des lieux d'échanges de pratiques pour les professionnels , la formation des décideurs à la compréhension du travail social,  il instaure une série de nouveaux dispositifs expérimentaux sans clarifier suffisamment l’ambition d’une politique sociale nationale claire et cohérente. Il néglige la responsabilité des institutions et employeurs dans le  cloisonnement  des interventions et des financements.   Il omet de considérer des réalités réglementaires et éthiques inhérentes à l'exercice de profession "traditionnelle" telle que celle d'assistant de service social. C'est la raison pour laquelle  l'UNSA a porté en mars dernier sa contribution "Redonner du sens au travail social " auquel le SNASEN UNSA a largement contribué.
Et le projet  de réingénierie des diplômes du Travail social  dans tout cela ?

Le SNASEN UNSA le rappelle, le classement au niveau II du RNCP et la reconnaissance du niveau Licence (Bac+3) des diplômes actuellement classés au niveau III ne sont qu’une stricte application des règles européennes. Ces deux exigences ne peuvent pas se voir conditionnées à une refonte des diplômes d’Etat. Le chantier de refondation du travail social ne doit pas être une excuse pour reporter cette reconnaissance européenne que la France n’a que trop tarder à appliquer.

Les travaux engagés en ce moment au sein de la Commission Professionnelle Consultative (CPC)  du travail social et de l'intervention sociale visant la réingénierie des diplômes du travail social  continuent de manquer de transparence pour les  professionnels qui en mesurent  les  enjeux  

L’avenir d’une profession ne peut s’écrire sans les professionnels qui l’exercent

Pour le SNASEN UNSA, si la formation initiale peut contribuer à redonner du sens au travail social en développant  davantage la promotion du développement social, la transversalité et les passerelles pour faciliter la mobilité professionnelle, le rapprochement avec l'université,  tout projet de réingénierie du travail social exige :

- La reconnaissance de la finalité d’émancipation des populations visée par le travail social

- Le respect de la complémentarité des professionnalités riches de leurs diversités. Le SNASEN s'oppose à la création d'un diplôme générique professionnel d'intervenant social.

- La primauté de l’accompagnement centré sur l’usager (qui respecte son autonomie et son rythme et prend en compte la globalité de sa situation) et la défense du droit commun sur une logique de gestion de dispositifs ou de "cas"

- La valorisation  de la richesse de l'expertise de terrain inscrite dans l'actuel référentiel des diplômes reconnus à 180 ECTS, très directement nourrie de la mission première d'accompagnement social. La promotion par certains de nouveaux métiers tels que de gestionnaire de « cas », référent - coordinateur, chargé de développement, expert ou  ingénieur social, déconnectés de la pratique quotidienne de l'accompagnement social,  démontre leur méconnaissance des compétences  actuelles des personnels sociaux  aujourd'hui sous utilisées.

- Une formation en alternance de qualité qui garantit les moyens d’accueil en stage gratifié pour les étudiants et les professionnels dans tous les services sociaux publics et privés.

- Une formation continue inscrite comme une obligation et concertée avec les professionnels concernés

La reconnaissance financière de l’expertise actuelle des professionnels du social facilitera l’attractivité de ce champ professionnel au regard d’autres champs professionnels comme celui du médical et de l’éducatif et par conséquence  favorisera une plus grande mixité dans le travail social.  Le protocole d’accord relatif à l’avenir de la fonction publique, à la modernisation des parcours professionnels, des carrières et des rémunérations que l’UNSA a signé doit s’appliquer. Il précise clairement  que « les fonctionnaires relevant des trois versants de la fonction publique bénéficieront d’une revalorisation en reconnaissance de leur diplôme de niveau licence et du niveau des missions exercées en cohérence avec la filière paramédicale »

La politique nationale en matière de  travail social doit gagner de toute urgence en lisibilité et en cohérence dans l'intérêt des professionnels, des personnes accompagnées  et de la cohésion sociale républicaine.
Dans une société démocratique, la recherche d’un équilibre entre « protection des libertés individuelles » et « sécurité publique » est un enjeu de citoyenneté. Acteurs de prévention sociale, c’est parce qu’on donnera aux travailleurs sociaux les moyens d’exercer leurs missions et qu’on reconnaitra enfin leur expertise de terrain qu’ils seront armés à contribuer aux enjeux de cohésion sociale et de solidarité.

          Fait à Ivry, le 20 juin 2016

Contact presse
Marie WECXSTEEN
Secrétaire Générale
SNASEN UNSA éducation
snasen@unsa-education.org
06 77 29 86 27