Accueil > Revendications > Lettre ouverte à Madame la Ministre Pour que la lutte contre les exclusions (...)

Lettre ouverte à Madame la Ministre Pour que la lutte contre les exclusions à l’école ne reste pas un vain mot Une occasion manquée en 2015 !

mardi 25 novembre 2014, par Tiphaine Jouniaux


Les personnels sociaux,  pleinement intégrés à la politique sociale et de santé au sein du Ministère de l’Éducation Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, s’investissent dans le projet d’une école bienveillante et inclusive qui vise le bien-être et la réussite de tous.
Le travail social contribue à relever le défi éducatif de lutte contre les exclusions sociales et territoriales.
 
Témoins privilégiés que l’école exclut, les personnels sociaux sont convaincus de l’intérêt du travail social de prévention qu’ils effectuent au quotidien auprès des élèves, des étudiants et des personnels mais peinent aujourd’hui à exercer les missions qui leur sont confiées faute de moyens humains et financiers.

Madame la Ministre, votre ministère reconnait qu’actuellement le taux d’encadrement du service social est fragile. La création annuelle de 50 postes de personnels sociaux depuis deux  ans (exclusivement pour le service social des élèves) suffit à peine à rendre efficientes les politiques sociales mises en place.
  
Des personnels sociaux formés et investis interviennent actuellement auprès de tous les élèves du secondaire dans des conditions d’exercice souvent difficiles : surcharge de secteurs, absence de reconnaissance salariale et indemnitaire, demandes sociales de plus en plus complexes….
Nous prenons note de la volonté politique de rééquilibrer les moyens actuels en faveur du premier degré dans un vrai travail de prévention de la difficulté scolaire,  tout particulièrement dans les 350 zones d’éducation prioritaire  où vous décidez de faire intervenir le service social dès la rentrée 2015.

Madame la ministre, comment envisager l’intervention sociale auprès de plusieurs milliers d’élèves supplémentaires considérés comme prioritaires en termes de besoins sociaux éducatifs avec la seule création de 50 postes à la rentrée 2015 ?

Le SNASEN dénonce le décalage déconcertant entre les annonces publiques  « plus de personnels sociaux dans les REP + » du plan éducation prioritaire et les moyens finalement attribués pour la rentrée 2015
C'est pour nous une occasion manquée qui compromet sérieusement le déploiement d’un service social en primaire  REP+ à la rentrée 2015

De même, alors qu’un budget de 87 millions d’euros est consacré dès 2015 à la revalorisation indemnitaire des personnels enseignants exerçant en REP+, aucune mesure concrète n'est budgétée pour les personnels sociaux qui seront donc injustement exclus du bénéfice d'indemnités spécifiques pour la troisième année consécutive.
Madame la Ministre, vous  annoncez votre volonté  de favoriser dans le cadre du chantier des métiers la reconnaissance de tous les personnels ;  il y a donc urgence à réparer cette inégalité de traitement d’autant qu’actuellement ni le statut indiciaire, ni le régime indemnitaire ne reconnaissent le niveau de responsabilités réelles de notre profession.

C'est au minimum 350 créations de postes en personnels sociaux (autant que de réseaux) que le SNASEN UNSA réclame de créer en urgence pour :
-         Assurer l'efficience des politiques sociales annoncées entre autre l'exercice des missions attendues dans la circulaire en cours de négociation
-         Eviter le redéploiement de moyens de service social aux dépens des élèves du secondaire.
-         Prévenir les risques psycho sociaux chez les personnels sociaux qui s'épuisent.

Le SNASEN UNSA réclame l'ouverture immédiate de négociations d'un plan de créations de postes pour les trois services sociaux (élèves, personnels, étudiants) visant la mise en adéquation des moyens avec la politique annoncée, préalable à la poursuite des négociations sur la circulaire de missions dans le cadre du groupe métiers.